Hélène Clerc-MurgierPauline Warnier

FR EN

Musicologie

Compositeurs

Michel-Jean Sedaine naquit à Paris le 4 juillet 1719.

La jeunesse

Son père était architecte, mais peu favorisé de la fortune. Il n'avait encore que treize ans lorsqu'un de ses oncles, qui s'était chargé de son éducation, vint à mourir ; il perdit son père quelques années après et resta l'unique soutien de sa famille. Sans aucune ressource, il résolut d'apprendre le métier de tailleur de pierres; mais il continuait à lire et à étudier en secret. Buron (aïeul de David), architecte, par qui il était employé, le surprit un jour un livre à la main. Frappé de cette singularité, il le questionna, le mit au nombre de ses élèves et finit par l'associer à ses travaux. Sédaine, devenu plus libre, se livra au goût qu'il avait eu de bonne heure pour les lettres. Il se lia avec plusieurs poètes et commença à se faire remarquer par des chansons pleines de sel et d'esprit.
Son meilleur morceau de poésie légère fut une Epitre adressée à son habit, qui commence par ce vers Ah, mon habit que je te remercie
Il dut à cette épître la bienveillance utile de Lecomte, ancien magistrat et homme instruit, qui le logea et le reçut chez lui comme un frère.

Les débuts

Sédaine, débuta dans la carrière dramatique, en 1756, par le Diable à quatre (tiré du théâtre anglais), qui fut joué à l'Opéra Comique. Cette pièce, dont Philidor avait fait la musique, réussit complètement et fut suivie de Blaise le savetier, qui ne fut pas moins bien accueillie. Sur alors de son talent, Sédaine donna (avec Monsigny) d'abord Rose et Colas (1764) et ensuite les Troqueurs, le Roi et le Fermier, On ne s'avise jamais de tout, etc., qui non-seulement eurent le plus grand succès, mais donnèrent à l'Opéra-Comique une consistance et un caractère qu'il n'avait pas eus jusque-là.

Le succès

Voulant paraître sur un plus grand théâtre Sédaine fit en 1768, pour la Comédie française, le Philosophe sans le savoir, la meilleure et la plus importante de ses compositions théâtrales. Sédaine semble s'être surpassé dans cette comédie. La Gageure imprévue, petite pièce pleine de charme qu'il donna aussi à la Comédie française, ajouta encore à sa réputation.

Cependant il travaillait toujours pour l'Opéra-Comique, et il associa souvent son talent à celui de Grétry. Le nombre des ouvrages qu'il y donna et qui y réussirent est très-considérable; la plupart sont restés au théâtre. Il fit en outre, pour le Grand- Opéra, Aline, reine de Golconde, et Amphitryon, et il eut l'avantage de briller à la fois sur nos trois plus grands théâtres. Une de ses productions les plus remarquables est Maillard, ou Paru sauvé, tragédie en prose, qui aurait été jouée sans l'espèce de ridicule que Voltaire avait jeté sur ce genre. La lecture en laisse une impression profonde.

Sédaine composa aussi une comédie, que Catherine Il lui avait demandée, et dans laquelle il dévoilait les intrigues des cours, ce qui empêcha qu'elle fût représentée à St-Pétersbourg. L'impératrice de Russie écrivit au baron de Grimm à ce sujet « Mes ministres s'opposent à ce qu'on « joue la pièce de Sédaine mais je m'en venge a en la leur faisant lire. » Elle envoya à l'auteur deux mille francs de gratification, seule récompense de ce genre qu'il ait jamais obtenue.

L'Académie française

Il avait soixante-cinq ans quand il donna, avec Grétry, Richard Cœur de lion, dont le succès éclatant décida l'Académie française à lui ouvrir ses portes (27 avril 1786). Il était déjà depuis plusieurs années secrétaire de l'académie d'architecture, quoique, dit Laharpe, il eût à peine quelque théorie d'architecture, et qu'il n'en eût aucune de grammaire.

Sédaine composa encore plusieurs ouvrages; le dernier fut Guillaume Tell, joué successivement à l'Opéra et à l'Opéra-Comique, et il était prêt à en terminer deux autres quand une maladie grave vint le saisir. Elle fut longue on crut qu'il y avait succombé, et on annonça sa mort dans un journal. Il le lut lui-même et y recueillit le juste tribut d'éloges dus à cinquante ans de travaux, de succès et d'honneur. Il mourut à Paris, à l'âge de 78 ans, le 17 mai 1797, laissant une épouse respectable et plusieurs enfants sans fortune.

D'après : Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique. [vol. 4] / par F.-J. Fétis, Éditeur : Firmin-Didot (Paris) Date d'édition : 1866-1868

OEUVRE de Michel-Jean Sedaine:

Lire la suite

Théâtre

- L'Impromptu de Thalie ou la Lunette de vérité, comédie en 1 acte en vers, 1752
- Anacréon, pastorale en 1 acte, 1754
- Le Diable à quatre ou la Double Métamorphose, opéra-comique en 3 actes, musique de François-André Philidor, représenté pour la première fois à la Foire Saint-Laurent le 19 août 1756
- Blaise le savetier, opéra-comique en 1 acte mêlé d’ariettes, musique de François-André Philidor, représenté pour la première fois à la Foire Saint-Germain le 9 mars 1759
- L'Huître et les Plaideurs ou le Tribunal de la chicane, opéra-comique en 1 acte, musique de François-André Philidor, représenté pour la première fois à la Foire Saint-Laurent le 17 septembre 1759
- Les Troqueurs dupés, comédie en 1 acte en prose mêlée d’ariettes, musique de Charles Sodi, représentée pour la première fois à la Foire Saint-Germain le 6 mars 1760
- Le Jardinier et son seigneur, opéra-comique en 1 acte, musique de François-André Philidor, représenté pour la première fois à la Foire Saint-Germain le 18 février 1761
- Les Bons Compères ou les Bons Amis, opéra-comique en 1 acte, musique de Jean-Benjamin de Laborde, représenté pour la première fois à la Foire Saint-Germain le 5 mars 1761
- On ne s'avise jamais de tout, opéra-comique en 1 acte, musique de Pierre-Alexandre Monsigny, représenté pour la première fois à la Foire Saint-Laurent le 14 septembre 1761
- Le Roi et le Fermier, opéra-comique en 3 actes, musique de Pierre-Alexandre Monsigny, représenté pour la première fois sur le Théâtre de l’Hôtel de Bourgogne le 22 novembre 1762 ;
- L'Ouvrage du cœur, comédie en 1 acte en prose, représentée pour la première fois au Théâtre de Nicolet en 1763
- L'Anneau perdu et retrouvé, opéra-comique en 2 actes, musique de Louis Claude Armand Chardin et Jean-Benjamin de Laborde, représenté pour la première fois au Théâtre de l’Hôtel de Bourgogne le 20 août 1764
- Rose et Colas, opéra-comique en 3 actes, musique de Pierre-Alexandre Monsigny, représenté pour la première fois sur le Théâtre de l’Hôtel de Bourgogne le 8 mars 1764
- Le Philosophe sans le savoir, comédie en 5 actes et en prose, représentée pour la première fois sur le Théâtre de la rue des Fossés Saint-Germain le 2 décembre 1765 (109 représentations jusqu’en 1793)
- Aline, reine de Golconde, opéra-ballet en 3 actes, musique de Pierre-Alexandre Monsigny, représenté pour la première fois à la Salle des Machines le 10 avril 1766
- Philémon et Baucis, opéra en 1 acte, musique de Pierre-Alexandre Monsigny, représenté pour la première fois à Bagnolet chez le duc d’Orléans, 1766
- La Gageure imprévue, comédie en 1 acte en prose, représentée pour la première fois au Théâtre de la rue des Fossés Saint-Germain le 27 mai 1768 (102 représentations jusqu’en 1793)
- Les Sabots, opéra-comique en 1 acte (avec Jacques Cazotte), musique d’Egidio Romualdo Duni, représenté pour la première fois sur le Théâtre de l’Hôtel de Bourgogne le 26 octobre 1768
- Le Déserteur, opéra en 3 actes, musique de Pierre-Alexandre Monsigny, représenté pour la première fois sur le Théâtre de l’Hôtel de Bourgogne le 6 mars 1769 ;
- Thémire, pastorale en 1 acte en prose mêlée d’ariettes, musique d’Egidio Romualdo Duni, représentée pour la première fois à Fontainebleau le 20 octobre 1770
- Le Mort marié, opéra-comique en 2 actes, musique de Francescho Bianchi, représenté pour la première fois à Metz en 1771 ;
- Le Faucon, opéra-comique en 1 acte en prose mêlée d’ariettes, musique de Pierre-Alexandre Monsigny, représenté pour la première fois à Fontainebleau le 2 novembre 1771 ;
- Le Magnifique, comédie en musique en 3 actes, musique d’André Grétry, représentée pour la première fois à Versailles le 19 mars 1773
- Ernelinde, princesse de Norvège, tragédie lyrique en 5 actes, musique de François-André Philidor, représentée pour la première fois à Versailles le 11 décembre 1773
- Les Femmes vengées ou les Feintes infidélités, opéra-comique en 1 acte, musique de François-André Philidor, représenté pour la première fois à Toulouse, salle du Capitole, 1775 ;
- Félix ou l'Enfant trouvé, comédie en 3 actes en prose, musique de Pierre-Alexandre Monsigny, représentée pour la première fois à Fontainebleau le 10 novembre 1777
- Aucassin et Nicolette ou Les Mœurs du bon vieux temps, comédie mêlée d’ariettes, représenté pour la première fois à Versailles le 30 décembre 1779
- Les Journalistes, comédie en 5 actes en prose, représentée pour la première fois à Tsarskoïe Selo, en Russie, le 28 avril 1781
- Maillard ou Paris sauvé, tragédie en 5 actes en prose, représentée pour la première fois chez Madame de Montesson en janvier 1782
- Thalie au nouveau théâtre, vaudeville en prose mêlée d’ariettes, musique d’André Grétry, représenté pour la première fois au Théâtre Italien (salle Favart) le 28 avril 1783
- Richard Cœur de Lion, opéra-comique en 3 actes, musique d’André Grétry, représenté pour la première fois au Théâtre Italien (salle Favart) le 21 octobre 1784
- Amphitryon, opéra en 3 actes, musique d’André Grétry, représenté pour la première fois à Versailles le 15 mars 1786
- Le Comte d'Albert, drame en 2 actes en prose et en vers, mis en musique par André Grétry, représenté pour la première fois à Fontainebleau le 13 novembre 1786
- La Suite du comte d'Albert, opéra-comique en 1 acte, musique d’André Grétry, représenté pour la première fois au Théâtre Italien (salle Favart) le 8 février 1787
- Raoul Barbe-Bleue, opéra-comique en 3 actes, musique d’André Grétry, représenté pour la première fois le 2 mars 1789
- Raymond V, comte de Toulouse ou l'Épreuve inutile, comédie en 5 actes en prose, représentée pour la première fois à la Comédie-Française le 22 septembre 1789
- Guillaume Tell, opéra en 3 actes, musique d’André Grétry, représenté pour la première fois au Théâtre Italien (salle Favart) le 9 avril 1791
- Pagamin de Monègue, opéra-comique en 1 acte, musique de Pierre-Alexandre Monsigny et Bernardo Porta, représenté pour la première fois au Théâtre des amis de la patrie en mars 1792
- Basile ou À trompeur, trompeur et demi, comédie en 1 acte, musique d’André Grétry, représentée pour la première fois au Théâtre Italien (salle Favart) le 17 octobre 1792
- Albert ou le Service récompensé, opéra en 3 actes, musique d’André Grétry, représenté pour la première fois au Théâtre Italien (salle Favart) le 9 janvier 1796
- L'Amoureux goutteux, opéra-comique en un acte, musique de Stanislas Champein Alcine, opéra en 3 actes Protogène, opéra en 1 acte
- La Noce de Nicaise, intermède

Divers

Épître à mon habit, 1751
Poésies fugitives, 1752
Le Vaudeville, poème didactique en 4 chants, 1758
Recueil de poésies, 1760
Bagatelle, 1770
Discours de réception à l’Académie française, 1786

Masquer

OPÉRAS EN COLLABORATION AVEC GRÉTRY

Lire la suite

- Le magnifique, comédie mise en musique 3 acts Michel-Jean Sedaine, d'après Jean de La Fontaine 4 Mars 1773 Paris, Comédie-Italienne

- Aucassin et Nicolette, ou Les mœurs du bon vieux temps, comédie mise en musique 4 actes Jean-Michel Sedaine, d'après Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye's Les amours du bon vieux temps 30 December 1779 Versailles

- Thalie au nouveau théâtre prologue Jean-Michel Sedaine 28 Avril 1783 Paris, Comédie-Italienne

- Richard Coeur-de-lion, comédie mise en musique 3 actes Jean-Michel Sedaine 21 October 1784 Paris, Comédie-Italienne

- Amphitryon, opéra 3 actes Jean-Michel Sedaine, d'après Amphitryon de Molière 15 Mars 1786 Versailles

- Le comte d'Albert, drame mise en musique en 2 actes Jean-Michel Sedaine, d'après Jean de La Fontaine 13 Novembre 1786, Fontainebleau

- Raoul Barbe-bleue, comédie mise en musique 3 actes Jean-Michel Sedaine, d'après Charles Perrault 2 Mars 1789 Paris, Comédie-Italienne

- Guillaume Tell, drame mis en musique 3 actes Jean-Michel Sedaine, d'après Antoine-Marin Lemierre 9 April 1791 Paris, Comédie-Italienne

- Basile, ou À trompeur, trompeur et demi, comédie mêlée d'ariettes 1 acte Jean-Michel Sedaine, d'après Miguel de Cervantes, 17 October 1792 Paris, Comédie-Italienne

Masquer

opéra de Reims Fondation Orange Bibliothèque nationale de France estival Jean de La Fontaine FEVIS DRAC Champagne-Ardennes Adami Spedidam région Grand-Est Editeur Les Belles Ecouteuses