LA RUE DU BOUT-DU-MONDE

Roman policier historique

Editions Jacqueline Chambon

1624

Alors qu’une terrible guerre civile opposant catholiques et protestants dévaste le Saint-Empire germanique, Richelieu tente par tous les moyens de revenir au pouvoir dans une France elle aussi fragilisée par les guerres de Religion. Qui est donc ce mystérieux Ézéchiel qui n’hésite pas à prendre à son service le cruel Cléomas ? Si au début il s’agit seulement de distribuer des pamphlets contre le Premier ministre La Vieuville, on apprend vite que c’est à un tout autre emploi qu’il le destine.

De l’autre côté du Rhin, le savant Wilhelm Schickard vient d’inventer une horloge à calculer. Un jeune Français, Michel Mauregard, est chargé d’apporter au comte Henri de Schomberg, qui réside au château de Vincennes, les plans de cette invention pour la construire avec lui dans le plus grand secret. C’est dans ce climat trouble, où le pouvoir va changer de mains, que se répand soudain une rumeur effarante : on tue des femmes pour leur arracher le cœur.
Entre Vincennes et Paris, le lieutenant criminel Jacques Chevassut et son délicat second, Philippe de May, commencent à enquêter et nous entraînent des cabarets du Quartier latin aux échoppes du Pont-Neuf, en passant par la cour des Miracles et l’hôtel de Rambouillet. Harcelés par les autorités, nos deux héros se retrouvent bientôt au cœur d’une terrible affaire mêlant espionnage et folie sanguinaire.

Retrouvez les personnages imaginaires et les personnages réels de
"La rue du Bout-du-Monde".

Jacques Chevassut

lieutenant criminel. On le retrouve trois ans après Abbesses. Il est toujours lieutenant-criminel auprès du prévôt de Paris.

Jeanne est sa femme. Ils habitent toujours place Royale, à côté du tout nouveau Pont-Neuf, elle attend leur premier enfant.

Philippe de May

premier conseiller du lieutenant criminel, il devient son confident le plus proche. D'un naturel discret, il est victime de rumeurs malveillantes à une époque où le poète Théophile de Viau est condamné à mort pour sodomie.

Jean de Fay, maître-chirurgien au Grand-Châtelet, il a pour "l'ouverture des corps" un privilège envié.

Michel Mauregard

est un jeune français ayant étudié chez le savant Wilhelm Schikart. Il revient de Tübingen avec les plans d'une machine à calculer. On découvre assez rapidement que le but de son voyage est très personnel.

Simon de Secqueville, gouverneur du château de Vincennes, est un personnage important qui connait beaucoup de secrets.
Marthe de Secqueville est sa femme.

Pierre Barron, horloger

Il existait une corporation importante d'horlogers à Paris, qui vivait sur le Pont au change avant que celui-ci ne brûle. Pierre Barron a désormais son atelier vers le Temple.

Balbine Larget, fruitière, habite rue des Marmousets, près de Notre-Dame, avec son mari. D'un naturel joyeux, elle multiplie les conquêtes, jusqu'au jour où Cléomas tombe amoureux d'elle...

Janin cul-de-bois

et l'aveugle Roger,

illustres polissons

Jean le Sybilot

illustre polisson

L'horloge à calculer

serait la première machine à calculer, imaginée l'année de la naissance Blaise Pascal (1623), qui est l'inventeur de La Pascaline. L'horloge à calculer utilisait les bâtons du grand mathématicien anglais John Napier, ainsi que ses tables de logarithmes. Mis à part deux lettres et quelques notes d'instructions, rien ne reste de cette machine.

Cléomas, bandit

apparaît dans "Les charlatans célèbres" de J-B Gouriet, en 1819. Il le décrit comme ayant été la terreur de Paris, mais ajoute : "Si je ne prétends pas faire admirer ses talens, je veux faire au moins remarquer son courage, en regrettant qu'il ne l'ait pas signalé pour une cause plus belle."

Richelieu

Né en 1585 à Paris, mort en 1642 à Paris.
En 1624, alors qu'il a été chassé du pouvoir quelques années auparavant, il cherche par tous les moyens à revenir au pouvoir. Pour cela, avec l'aide de son éminence grise le Père Joseph, il utilise une arme redoutable : les pamphlets qui inondent la capitale et vont faire le plus grand tord à Charles la Vieuville.

Charles la Vieuville

est né en 1583 et mort en 1653 à Paris. Bien que son nom soit tombé dans l'oubli, il a exercé de très hautes fonctions auprès de Louis XIII : chevalier des ordres du roi, surintendant des finances, c'est lui qui fera entrer Richelieu dans le Conseil du Roi, pour plaire à la reine-mère Marie de Médicis. Mais à cause de son comportement, ses ennemis réussiront à le faire disgracier.

Henri de Schomberg

Maréchal de France, comte de Nanteuil, il est né à Paris en 1575.
S'oriantant vers une carrière dans les armes, il sert Henri IV contre les ligueurs, puis sera un fidèle maréchal de Louis XIII. En 1621, il dirige l'artillerie royale lors du siège de Montauban (les quatre cent coups) Il occupera plusieurs charges, vivra au château de Vincennes. Son nom était apparu dans Abbesses. Ici, son rôle est central. Il meurt en 1632.

Wilhelm Schikart

Il est né en 1592 à Herrenberg, et est mort en 1635 à Tübingen.
Ce grand savant, ami de Keppler, est consiéré comme l'inventeur de la première machine à calculer qui aurait été détruite dans un incendie. Il envoya deux lettres avec les plans de cette machine à son ami Keppler.
Dans La rue du Bout-du-Monde les plans sont envoyés au château de Vincennes.