MdR

Les Monts du Reuil > Musicologie > Le bout d'oreille

LE BOUT D'OREILLE

Air : Les billets doux


On chante assez communément
Un nez mignon, un sein charmant,
Une bouche vermeille,
De petits pieds & de grands yeux,
Mais, jamais rien de gracieux,
Ne fut fait pour l'oreille.

Moi, qui ne fais pas dans le fond,
Pourquoi les Poètes lui font
Une injure pareille ;
A la face de l'Univers,
Je prétens composer des vers
En l'honneur de l'oreille.

Puisse tout amoureux Docteur
Trouver bon qu'en simple amateur,
Ici je lui conseille
D'observer quelquefois le pli,
Qui, d'un beau vermillon rempli,
Borde une jeune oreille.

D'ailleurs doit-on être surpris,
Que pour en relever le prix,
Ma verve se réveille,
Puisqu'avant le reste, en Amour,
De celle à qui l'on fait cour,
Il faut avoir l'oreille ?

Dans la fossette du menton,
Et dans mille autres trous, dit-on,
Les ris sont à merveille ;
Hélas ! quand vous les y cherchez,
Souvent mes drôles sont nichés
Dans celui de l'oreille.

Ah ! que nous serions bienheureux,
Si le sexe d'en porter deux
Trouvait la mode vieille !
Alors ce qu'un autre en dirait,
Une fois entré, ne pourrait
Sortir par l'autre oreille.

Mais que Cydalise me plaît !
Au bas de son corset elle est
Mince comme une abeille,
Avec votre permission,
Souffrez que de ma passion
Je lui parle à l'oreille.

Belle, il faut aimer tôt ou tard,
Tu n'as jamais rien vu que par