MdR
Les Monts du Reuil > Programmes > Concerts-lectures > Dante - La voix de Béatrice

DANTE - LA VOIX DE BÉATRICE
D'après La Divine Comédie de Dante Alighieri

Spectacle - Durée '60

dante

 

 

L'HISTOIRE
C’est l’histoire de la curiosité et de la désobeissance. Un homme très riche et très laid, dont la barbe est bleue, a déjà eu plusieurs épouses et on ne sait ce qu’elles sont devenues. Il propose à une voisine de l’épouser, ce qu’elle accepte, séduite par ses richesses.
Un mois après les noces, La Barbe bleue doit partir en voyage. Il confie à sa jeune femme un trousseau de clefs ouvrant toutes les portes du château, mais il y a une petite pièce où elle ne doit entrer sous aucun prétexte...

LA DISTRIBUTION
Comédien Renaud Boutin
Soprano Eve Coquart
Violon Anne-Violaine Caillaux
Violon Marie-Aude Guyon
Violoncelle Pauline Warnier
Clavecin Hélène Clerc-Murgier


LA PRODUCTION
Ensemble Les Monts du Reuil, Opéra de Reims

LA DÉMARCHE CRÉATIVE
Du livre au spectacle - Pierre Daubigny

Un homme cherche une femme et cette femme est morte. L’homme descend l’échelle qui nous fait la joie à sa plus haute marche, il descend, descend, rencontre les passions tristes puis les tourments de l’âme humaine. En route il a rencontré un autre homme qui est aussi un peu lui-même, un poète. Ensemble ils passent en revue quelques-unes des tortures qui sont réservées aux âmes. Plus tard, ils remonteront. Ils auront vieilli.

Une femme cherche un homme qui ne la voit pas. Elle voudrait crier mais aucun mot ne sort de sa bouche. Elle pleure et les larmes coulent sur sa joue et gèlent aux coins de sa bouche. Ainsi plus elle pleure et moins elle peut parler. Avant que ses pleurs ne la transforment en statue de glace, elle chante.

Et le chant de la femme et la parole de l’homme paraissent se répondre, comme s’ils étaient animés d’une volonté propre, d’une entente limpide. Est-ce que leurs mots se parleraient mieux que leurs bouches ?

Cette histoire est l’une de celles que nous nous racontons. Il est important de se raconter des histoires pour être ensuite des porteurs de mots et de musique. Un récitant, une chanteuse, quatre musiciennes, peuvent ainsi devenir Dante et Virgile qui arpentent les neuf cercles de l’enfer, et l’instant d’après le chrétien, la Madone et les anges à trompette. Et si l’on veut, aussi bien, l’amant, la femme morte et le cortège des remords qui les assaillent.

La Divine Comédie jouit, au sein du patrimoine littéraire, d’une aura telle qu’on pourrait se proposer un spectacle entier sur chacun de ses vers. Notre démarche à nous consiste à épouser la déambulation de Dante, la prendre au mot, et trouver en nous et sur la scène la résonance de ce parcours qui part de la terre pour s’enfoncer dans les Enfers, errer au Purgatoire et monter au Paradis. Parcours qui est autant celui de l’amour que celui de la culture, et bien sûr de la religion.

Il n’est pas question ici d’une illusion globale. On reviendra sans cesse à notre situation réelle, sans la marquer aux yeux du public, sans « rupture » de l’illusion, mais comme un socle qu’on touche à nouveau d’un pied léger entre deux entrechats. Ce n’est pas une histoire dans laquelle musique et chant se mettent au service d’un récit parlé : c’est une aventure dans laquelle les trois arts concourent à raconter l’histoire.

LE PROGRAMME
Introduction
Haendel Trio sonate

La route droite  Haendel Sonate à 4, 3ème mouvement
Rencontre de Virgile Haendel Sonate à 4, 4ème mouvement
Porte de l’Enfer   Monteverdi: Air de l'espérance de l'Orfeo

Enfer / justice
Entrée dans l’Enfer, Lully: Roland ritournelle acte IV
Didon, Colasse: Enee et Lavinie
Air de l'ombre, Purcell: Didon et Énée Mort Didon
Le lac des larmes gelées, Purcell: King Arthur , Introduction air du froid
Orphée, Monteverdi: Orfeo, Récit d'orfèo, Air d'Eurydice

Purgatoire / Haute sagesse
L’arrivée au Purgatoire, Galilei: Psaume
Les paresseux, Haendel: Sonate à 4

Paradis – Premier amour
Le mur de feu, Clerambault : Pyrame et Thisbé, Pièce pour clavecin seul
Béatrice, Geminiani: Sonate pour violoncelle et basse continue
Le sens du voyage
Vision de la Vierge, Pergolesi: Salve Regina