MdR
Les Monts du Reuil > Programmes > Opéra-Comique > Le docteur Sangrado

LE DOCTEUR SANGRADO - Egidio Duny, Jean-Louis Laruette, Louis Anseaume

Opéra-Comique en 1 acte - Durée 1h20

 

 

L'HISTOIRE
Le Docteur Sangrado prétend soigner toutes les maladies par une potion universelle : l’eau. Chaque litre d’eau vendu à prix d’or, il amasse ainsi une fortune et se promet d’épouser Jacqueline, jeune fille attachée à son service. Mais Jacqueline se fait médecin à son tour et guérit un jeune patient par un remède autrement miraculeux : l’amour… Charlatan roué comme son lointain successeur Knock, il en a oublié qu’on ne triche pas devant la nature.

LA DISTRIBUTION
Direction musicale Les Monts du Reuil
Restitution Hélène Clerc-Murgier
Mise en scène Juan Kruz Diaz de Garaio Esnaola
Harmonisation vaudevilles Emmanuel Clerc
Scénographie Garance Coquart/Juan Kruz Diaz de Garaio Esnaola
Costumes Valia Sanz
Assistant constructeur Alain Le Mée
Création lumières Pierre Daubigny
Le docteur Sangrado Julien Fanthou
Jacqueline/La femme du vieillard Anne-Marie Beaudette
Un vieillard/Blaise Cécil Gallois
La tante de Jacqueline/Lolotte Hadhoum Tunc
Deux témoins, Un notaire Les musiciens

LA PRODUCTION
Ensemble Les Monts du Reuil, Opéra de Reims, Festival Jean de La Fontaine, BnF, théâtre de Saint-Dizier Les trois scènes.
Ce projet est soutenu par : La Drac et la région Grand-Est. Le décor est réalisé par les ateliers de l'Opéra de Reims. Le docteur Sangrado reçoit le soutien de l’Adami et de la Spedidam.
L’ensemble Les Monts du Reuil bénéficie du mécénat de la Fondation Orange.

LA PRESSE EN PARLE
- C’est dire qu’on s’amuse ferme, petits et grands. Les enfants, de la joyeuseté de la fable, de ses bigarrures réfléchies dans des costumes contemporains plein de malice.
Emmanuelle Pesqué, ODB
- La vraie découverte de la saison sera sans doute ce Docteur Sangrado (...) Restitué par Hélène Clerc-Murgier et Pauline Warnier, interprété par Les Monts du Reuil avec Julien Fanthou dans le rôle-titre, cet ouvrage du XVIIIe siècle mérite qu'on se penche de nouveau sur ses beautés.
Opéra international, numéro spécial

L'HISTOIRE D'UNE DÉCOUVERTE
Redécouvert par l’ensemble Les Monts du Reuil dans son exploration du répertoire de l’Opéra Comique du milieu du 18ème siècle, le Docteur Sangrado s’inspire de Gil Blas de Santillane, roman d’Alain-René Lesage, que le librettiste Louis Anseaume dépeint comme un personnage d’abord truculent, puis pathétique lorsque Jacqueline, sa jeune promise, lui fait faux bond. La ravissante partition de Jean-Louis Laruette et Egidio Duny, interprétée par les excellents musiciens baroques des Monts du Reuil, accompagne une intrigue des plus rythmée que le talent du metteur en scène et chorégraphe Juan Kruz dias de Garaio Esnaola souligne à merveille.

ALLER PLUS LOIN
> La plaquette de présentation
> La fiche technique (sur demande)
> Les photos de la première
> Critique sur ODB
> Les vidéos de Sangrado à la BNF
> Interview du metteur en scène
> Comment l'esprit vient aux filles
> Le spécifique

L'HISTOIRE DANS L'HISTOIRE

Léris (de), 1763, p. 149:
Le DOCTEUR SANGRADO (...) a eu du succès. Le sujet en est pris du Roman de Gilblas
. [AS]

> Lire la suite

Préface des oeuvres le Louis Anseaume
Le Docteur Sangrado, Opéra-Comique en 1 Acte, n'appartient à M. Anseaume qu'en partie : il est d'ailleurs tiré d'un conte assez connu, mais les Auteurs modernes l'ont adroitement ajusté au Théâtre. On n'y retrouve nulle part l'indécence du sujet. Le Docteur Sangrado est venu se fixer dans un village, on y accourt de fort loin pour le consulter, mais tout le régime qu'il prescrit est de boire de l'eau: c'est là son unique recette, & il l'applique à tous les cas possibles.

1968 Jean-Louis Laruette, chanteur et compositeur, par Paulette Letailleur, recherches musicologiques VIII Anseaume tira le sujet de cette pièce d'une part du roman de Lesage Gil Blas de Santillane, et d'un conte intitulé Le Spécifique.
Le célèbre docteur Sangrado soigne uniformément ses patients avec l'eau de Passy. Ce charlatant est amoureux de Jacqueline, la nièce de sa gouvernante, et il va l'épouser incessamment, malgré le peu d'empressement que montre la jeune fille pour ce mariage.
Tandis que le docteur va chercher le notaire, Jacqueline, à qui Sangrado a confié sa recette, reste à la maison pour recevoir les malades. Parmi ceux qui se présentent se trouve Blaise, un jeune homme qui souffre d'un mal indéfini et auquel Sangrado a recommandé de l'eau. Mais il s'en dégoûte et vient trouver Jacqueline pour qu'elle le soulage. Il n'y a qu'un remède à son état, il faut qu'il se marie, ce qu'il accepte volontiers de faire si la jeune fille veut bien l'épouser. Lorsque Sangrado revient avec le notaire, le choeur des malades se moque du bon tour qui lui est joué. L'anecdote est mince. Le défilé des malades donne lieu à des scènes imprévues et amusantes telle que celle où une petit fille vient demander à Jacqueline le moyen de grandir vite afin d'avoir des galants, des scènes aussi d'un goût douteux comme celle de Blaise et de Jacqueline. La musique nouvelle est due à la collaboration de Duny et Laruette.

Enfin une anecdote trouvée dans Documents de criminologie rétrospective (Bretagne, XVIIe et XVIIIe siècles) par les docteurs Armand Corre & Paul Aubry (1895) qui prouve que Sangrado ne se trompe pas lorsqu'il propose à Jacqueline de le remplacer :
Dans les campagnes les chirurgiens épousaient souvent les sages- femmes ou transformaient leurs femmes en matrones et même quelque chose de plus. « Pour peu qu'il lui apprenne l'art de soigner les malades,
il peut mourir tranquille, sa femme hérite de sa clientèle, et pratique hardiment la chirurgie. » (Dupuy, 1. e. p. 165). Il "n'y avait en cela rien d'illégal. Les statuts corporatifs autorisaient les veuves de chirurgiens et d'apothicaires à continuer la profession de leur mari décédé ; d'ordinaire elles prenaient avec elles un garçon ou élève de capacité suffisante: mais elles perdaient le droit en se remariant à un homme de même exercice.