Hélène Clerc-MurgierPauline Warnier

FR EN

Opéras

Richard Coeur-de-Lion - Le jeune sage & le vieux fou - Raoul Barbe-bleue - Le soldat Magicien - Le docteur Sangrado- Les deux chasseurs & la laitière

Le Soldat Magicien - Opéra en 1 acte
F-A-D Philidor - L. Anseaume

Un soldat s'immisce dans la vie conjugale orageuse de Madame Argant, convoitée pour sa beauté, et de son époux, convoité pour ses richesses. Il y fait usage d'une magie bien douteuse. La magie dresse les tréteaux d'un théâtre qui prêche le faux pour savoir le vrai.

Dans cet univers onirique et fellinien, une partie de trictrac entre un mari et sa femme est le point de départ de l'opéra de Philidor, lui-même champion d'échecs.

Direction musicale : Pauline Warnier et Hélène Clerc-Murgier

Mise en scène et scénographie : Juan Kruz Diaz de Garaio Esnaola

Harmonisation vaudevilles : Emmanuel Clerc

Costumes : Valia Sanz

Assistant constructeur : Alain Le Mée

Dramaturge, création lumières : Pierre Daubigny

Le soldat magicien : Julien Fanthou

Crispin : Anne-Marie Beaudette

M. Argant : Guillaume Gutierrez

Mme Argant : Hadhoum Tunc

Le procureur Blondineau : Cécil Gallois

Le traiteur : Gilles Richard

Violon : Patricia Bonefoy

Violon : Valérie Robert

Alto : Guillaume Guttierez

Violoncelle : Pauline Warnier

Clavecin : Hélène Clerc-Murgier

DURÉE
1'20
PRODUCTION
Ensemble Les Monts du Reuil, Opéra de Reims, Festival Jean de La Fontaine, BnF, Embar(o)quement immédiat. Ce projet est soutenu par : La Drac et la Région Grand-Est, l'Adami et la Spedidam.
Le décor est réalisé par les ateliers de l'Opéra de Reims.

L'HISTOIRE D'UNE DÉCOUVERTE

L'ensemble Les Monts du Reuil aime arpenter le grenier du baroque français, ouvrir les malles et réveiller les fantômes. Le succès de l’opéra-comique le Docteur Sangrado a encouragé l’Ensemble Les Monts du Reuil et le metteur en scène Juan Kruz à tirer de l’oubli le Soldat magicien de Philidor et Anseaume.

Léris (de) 1763 p. 149
Le Soldat Magicien opéra-comique, en un acte, en prose, mêlés d'ariettes et de vaudevilles. 14 août 1760. La scène est dans une ville de province, et le théâtre représente un salon dans lequel il y a une cheminée saillante, un buffet à deux battants, et une table couverte d'un tapis vert, sur laquelle Monsieur et Madame Argant qu'on joue au trictrac.

opéra de Reims Fondation Orange Bibliothèque nationale de France estival Jean de La Fontaine FEVIS DRAC Champagne-Ardennes Adami Spedidam région Grand-Est Editeur Les Belles Ecouteuses