MdR
Les Monts du Reuil > Programmes > Opéra- Comique > Le soldat magicien

LE SOLDAT MAGICIEN - François-André Danican Philidor, Louis Anseaume

Opéra-Comique en 1 acte - Durée 1h20

L'HISTOIRE
Un soldat s’immisce dans la vie conjugale orageuse de Madame Argant, convoitée pour sa beauté, et de son époux, convoité pour ses richesses. Il y fait usage d’une magie bien douteuse. La magie dresse les tréteaux d’un théâtre qui prêche le faux pour savoir le vrai. Dans cet univers onirique et fellinien, une partie de trictrac entre un mari et sa femme est le point de départ de l’opéra de Philidor, lui-même champion d’échecs.

LA DISTRIBUTION
Direction musicale Pauline Warnier - Hélène Clerc-Murgier
Mise en scène et scénographie Juan Kruz Diaz de Garaio Esnaola
Harmonisation vaudevilles Emmanuel Clerc
Costumes Valia Sanz
Assistant constructeur Alain Le Mée
Dramaturge, création lumières Pierre Daubigny

Le soldat Julien Fanthou
Crispin Anne-Marie Beaudette
M Argant Guillaume Gutierrez
Mme Argant Hadhoum Tunc
Le procureur Blondineau Cécil Gallois
Le traiteur Gilles Richard
Violon Patricia Bonefoy
Violon Valérie Robert
Alto Guillaume Guttierez
Violoncelle Pauline Warnier
Clavecin Hélène Clerc-Murgier

LA PRODUCTION
Ensemble Les Monts du Reuil, Opéra de Reims, Festival Jean de La Fontaine, BnF, Embar(o)quement immédiat. Ce projet est soutenu par : La Drac et la Région Grand-Est, l'Adami et la Spedidam.
Le décor est réalisé par les ateliers de l'Opéra de Reims.

L'HISTOIRE D'UNE DÉCOUVERTE
L'ensemble Les Monts du Reuil aime arpenter le grenier du baroque français, ouvrir les malles et réveiller les fantômes. Le succès de l’opéra-comique le Docteur Sangrado a encouragé l’Ensemble Les Monts du Reuil et le metteur en scène Juan Kruz à tirer de l’oubli le Soldat magicien de Philidor et Anseaume.

ALLER PLUS LOIN
> Vidéos
> Photos de la première à la BnF - © Claude Morel
> La plaquette de présentation
> Interview Hélène Clerc-Murgier et Juan Kruz dias de Garaio Esnaola dans Mag Opéra de Reims
> La fiche technique (sur demande)
> La partition aux éditions Buissonnières

L'HISTOIRE DANS L'HISTOIRE

Léris (de), 1763, p. 149:
Le Soldat Magicien opéra-comique, en un acte, en prose, mêlés d’ariettes et de vaudevilles. 14 août 1760.
La scène est dans une ville de province, et le théâtre représente un salon dans lequel il y a une cheminée saillante, un buffet à deux battants, et une table couverte d'un tapis vert, sur laquelle Monsieur et Madame Argant qu'on joue au trictrac.

Madame Argant s'impatiente bientôt de ce jeu qu'elle maudit, et Monsieur Argant est contraint de quitter la partie. Il sort, en recommandant à Crispin de veiller sur les démarches de sa femme. Un soldat vient avec un billet de logement à la main. Madame Argant ordonnatrice pas de le mener coucher dans la chambre d'en haut ; et lorsqu'il en est revenu, il lui apprend que Monsieur Argant, en sortant, il a recommandé d'éclairer sa conduite ; mais il la rassure en lui protestant qu'il sera toujours dévouée à ses intérêts.
Il introduit Monsieur Blondineau, procureur, amoureux de Madame Argant, et qui s'annonce ainsi :
- Madame je viens remplir les clauses heures obligatoires de notre dernière entrevue… vous ne vous y inscrirez pas en faux contre mon zèle.
Crispin revient avec un traiteur, mais le couvert. Mais, comme ils se mettent à table, Monsieur Argant revient il frappe rudement à la porte. Ils sont tous c'est perdu, ils ne savent que faire. Enfin il cache au souper dans le buffet, le procureur dans la cheminée. Monsieur Argant gronde beaucoup de ce que l'on a fait attendre dans la rue ; et le soldat de lui souhaiter le bon choix. Il le reçoit assez mal, et l'envoi coucher. Mais le soldat, qui se pique d'être un peu sorcier, se propose de lui donner à souper avec les quatre mots. Il trace un cercle avec son sabre, marmottes quelques paroles, et ordonne ou démon d'apporter dans le buffet tout ce qu'il a pu desservir à l'arrivée de Monsieur Argant. L'étonnement de chacun est extrême ; et Madame Argant surtout craindre d'être découverte, lorsque le soldat propose de faire voir le diable qui a fait importer le souper ; je la rassure, et redonne au butin de sortir de la cheminée sous la forme d'un procureur. Blondineau nous saisissait instant, et s'enfuit. Monsieur Argant, épouvanté se jette dans un fauteuil ; et Malamard content de son côté, affectant aussi la plus grande frayeur, se jette aussi dans un fauteuil. La scène du traiteur, qui vient pour demander son payement, et que Monsieur Argant prend pour un diable, mais pas moins plaisante, parce que je jette le soldat, Madame Argant et Crispin dans un grand embarras, et que le traiteur crois que tout le monde est devenu fou dans cette maison. Enfin, tandis que Monsieur Argant on va chercher de l'argent pour congédier le démon de traiteur, le soldat oblige crispin à le payer avec l'argent qu'il a reçu du procureur, et qu'il avait gardé pour lui. Nouvelle étonnement de Monsieur Argant, lorsqu'il revient et qu'il ne le retrouve plus. Il prit le soldat, puisqu'il attend de pouvoir sur les démons, de réduire sa femme qu'il fait sans cesse enragé. Monsieur et Madame Argant promettent au soldat de profiter de ces bons conseils ; et la pièce finie joyeusement par un quatuor. Cet opéra comique est tiré d'un ancien conte de Deauville. Le plan est de Monsieur de Serière, et l'été très agréablement remplie par Monsieur Anseaume. Les situations en sont très comique ; la musique, qui est de Monsieur Philidor, heading de la plume de ce célèbre musicien. Cette pièce est une de ses du théâtre de l'opéra comique que l'on reprend le plus souvent, et qu'on ne revoit avec le plus de plaisir Mademoiselle Lucie, maintenant actrice de la Comédie-Française dans les rôles de soubrette, y jouer originalement le rôle du Crispin avec beaucoup de succès.

Enfin une définition de CRISPIN dans le Littré
s. m. (kri-spin)
Valet de comédie avec un costume et un caractère convenus ; le crispin est tout en noir, en pantalon collant, et avec un petit manteau qui descend à peine jusqu'aux reins et dont il s'enveloppe souvent ; il est attaché à son maître, mais lui fait cependant d'assez mauvais tours quand l'occasion s'en présente. Lesage a fait une comédie intitulée : Crispin rival de son maître.
(Fig.) C'est un crispin, se dit d'un homme qui a des allures du Crispin de la comédie.
Petit manteau à l'usage des femmes et des enfants. Il y a aussi des crispins pour les hommes.
ÉTYMOLOGIE
Lat. Crispinus, nom propre, dérivé de crispus (voy.CRÉPIN ). Hauteroche et Regnard ont plusieurs fois employé ce personnage. Poisson, comédien célèbre, en détermina le caractère.