Hélène Clerc-MurgierPauline Warnier

FR EN

Rousseau et les Bouffons

Les chanteurs et musiciens s'amusent ici avec le texte de Jean-Jacques Rousseau, le font vivre, l'illustrent avec la musique. Dans une sorte de jeu de ping-pong, le dictionnaire prend vie, les phrases font mouche, le spectateur sourit.

Rousseau semble aveuglé par sa haine envers Rameau, qui lui fait perdre tout sens commun.

Conception : Pauline Warnier

Soprano : Anne-Marie Beaudette

Violon : Anne-Violaine Caillaux

Violon : Marie-Aude Guyon

Violoncelle : Pauline Warnier

Clavecin : Hélène Clerc-Murgier

DURÉE

60'

LA PRODUCTION

Ensemble Les Monts du Reuil, Opéra de Reims, Ville de Montélimar, théâtre des Roches (Montreuil)
Ce projet est soutenu par : La Drac Champagne-Ardennes, l'Adami et la Spedidam.

Ce que dit Rousseau

Cours, vole à Naples écouter les chefs-d'oeuvre de Leo, de Durante, de Jommelli, de Pergolèse. Si tes yeux s'emplissent de larmes, si tu sens ton coeur palpiter, si des tressaillements t'agitent, si l'oppressions te suffoque dans tes transports, prends le Métastase et travaille ; son génie échauffera le tien, tu créeras à son exemple : c'est là ce que fait le génie, et d'autres yeux te rendront bientôt les pleurs que les maîtres t'ont fait verser. Mais si les charmes de ce grand art te laissent tranquille, si tu n'as ni délire ni ravissement, si tu ne trouves que beau ce qui transporte, oses-tu demander ce qu'est le génie? Homme vulgaire, ne profane point ce nom sublime. Que t'importerait de le connaître? tu ne saurais le sentir : fais de la musique française.

LA PRESSE EN PARLE

Les spectateurs furent très-attentifs, et fort-contents, j’en suis témoin et, mieux encore, les applaudissements nourris qui saluèrent les musiciens (...) Vous ne sauriez croire quel plaisir j’ai pu prendre en entendant si prestement conter une Querelle qui fit couler tant d’encre, et ce, avec tant d’alacrité et de plaisante vivacité que les prétendus connaisseurs y renforcèrent leur Latin et les Diafoirus en perdirent leur bonnet d’âne. Ce qui, malgré l’influence du génie du lieu où prêcha Bonaventure, n’est pas un miracle, mais témoignage du grand talent des Monts du Reuil.
I. (...) II. On admirera sans mégoter les deux jeunes racleuses (Marie-Aude Guyon et Anne-Violaine Caillaux) qui ont admirablement résisté à l’envie de miauler sur le chevalet, de défigurer leur partie, de barbouiller toute la musique (...); au contraire, par leur intensité, elles ont prouvé qu’on pouvait servir les Italiens comme les Français avec la même dévotion à sainte Cécile.
III. On gardera réserve d'enthousiasme pour une sonate de Geminiani magistrale, portée par la musicalité joyeuse et grave de Pauline Warnier
IV. On conservera longtemps dans l’oreille souvenir du continuo souple et ductile de Hélène Clerc-Murgier, au discours mille fois recommensé et toujours aussi diserts.
V. On restera époustouflés par les transformations protéiformes de Benjamin Alunni, héros tourmenté, magicienne triomphante, benêt berné et brave gars emberlificoté, qui allie la force du diseur avec la clarté du pamphlétaire.

PROGRAMME

- Sonate "Les Bouffons" Charles Noblet (1715-1769)
" Ballet des Muses Jean-Baptiste Lully (1632-1687)
- "La Bouffonne" François Couperin (1668-1733)
- "La Folie" dans "Platée" Jean-Philippe Rameau (1683-1764)
- Sonate n°6 pour violoncelle et basse continue en la mineur (adagio - allegro assai - allegro) Francesco Geminiani (1687-1762)
- Extrait de "La servante maîtresse" Giovanni-Baptista Pergolèse (1710-1736)
- Monologue d'Armide Jean-Baptiste Lully
- Cinquième pièce de clavecin en concert (extrait) Jean-Philippe Rameau (1683-1764)
- Air du "Devin du village" Jean-Jacques Rousseau (1712-1778)
- Folias
opéra de Reims Fondation Orange Bibliothèque nationale de France estival Jean de La Fontaine FEVIS DRAC Champagne-Ardennes Adami Spedidam région Grand-Est Editeur Les Belles Ecouteuses