Le Magnifique

Comédie en 3 actes, André-Ernest-Modeste Grétry | Michel-Jean Sedaine

Revisité par Pierre Senges, d’après un conte licencieux de Jean La Fontaine

ALIX
 : Octave, le Magnifique. Qui d’autre que lui à Florence ? En voilà, un seigneur. Vous ne l’avez pas remarqué ?

CLEMENTINE
: Tu veux dire hier ? À l’église, au premier rang, à gauche, sous le portrait de sainte Marguerite, avec un chapeau à plume de cygne ?

ALIX : Oui.

CLEMENTINE 
: Non.

ALIX 
: Non, quoi ?

CLEMENTINE : Je ne l’ai pas remarqué.

ALIX :
Ah ?

CLEMENTINE 
: J’ai seulement vu le bout de sa plume, j’en ai déduit que le Magnifique devait se tenir quelque part à côté, ou derrière, ou en dessous.

Du conte à l’opéra

Jean de La Fontaine revendiquait la gaité pour donner des leçons aux hommes. Il dépeignait la réalité avec humour, et donnait une opinion déguisée sous l’allégorie d’une action ou « d’une ample comédie à cent actes divers et dont la scène est l’univers » Cette  gaité  si bien contée, nous la reprendrons à notre compte pour fêter l’anniversaire de sa naissance en 2021.Tout comme La Fontaine prenait chez ses prédécesseurs des sujets qu’il souhaitait exploiter, André Grétry s’est approprié un conte licencieux, Le Magnifique, et a composé un opéra-comique dont s’emparera Stephan Grögler, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France et l’Opéra de Reims.

Distribution

Maîtres d’œuvre

Direction musicale : Hélène Clerc-Murgier et Pauline Warnier

Mise en scène et scénographie : Stephan Grögler

Bijoux et images : Jennifer Crupi

Costumes : Patricia Flaget

Vidéo : Louison Costes

 

Chanteurs

Le Magnifique : 

Clémentine : 

Alix : Gaëlle Méchaly

Fabio : Dominique Pinon

Aldobrandin :

Laurence : 

Horace :

Instrumentistes

Violons : Patricia Bonnefoy et Valérie Robert

Alto : Jean-Pierre Garcia

Violoncelle : Pauline Warnier

Piano-forte : Hélène Clerc-Murgier

Contrebasse : Alice Hoquet

Clarinette : Roberta Cristini

Hautbois : Vincent Martinet

Basson : Arnaud Condé

Cor : Gérard Tremlet

Note d’intention – Juan Kruz Diaz de Garaio Esnaola

Note d’intention – Juan Kruz Diaz de Garaio Esnaola

Pour cette nouvelle collaboration avec Les Monts du Reuil j’avais envie de profiter du chemin déjà parcouru et de la complicité que nous avons développée ces dernières années pour dépouiller ma mise-en-scène, permettant aux personnages et à l’histoire racontée dans ce Richard Cœur-de-lion de André Grétry de flotter et glisser, emportés par la musique. La quête de Blondel, écuyer de Richard déguisé en troubadour aveugle afin de retrouver son roi, sera ici racontée par deux personnages que j’ajoute à l’histoire, déguisant et manipulant les chanteurs comme des enfants le feraient avec leurs poupées, marionnettistes jouant avec leurs marionnettes.

Partenaires

Informations

Durée : 1h30
Production
Compagnie les Monts du Reuil, Opéra de Reims, Festival International de Sarrebourg, BnF, théâtre de Saint-Dizier Les trois scènes.
Ce projet est soutenu par l’Adami et la Spedidam. Le décor est réalisé par les ateliers de l’Opéra de Reims. « Richard Coeur de lion » reçoit le soutien de l’Adami et de la Spedidam.
Chronologie production
Première 18 janvier 2018, Opéra de Reims
Fiche technique