Maison à vendre

Opéra-comique en 1 acte
Musique de Nicolas Dalayrac – Livret Alexandre Duval

Aux abords d’une maison bourgeoise, deux hommes épuisés, affamés et sans le sou se disputent la conduite à tenir pour espérer obtenir le gîte et le couvert. Comme un huis clos d’extérieur, cette comédie en un acte d’une sincérité ingénieuse nous emporte dans une histoire pétillante, mêlant amour contrarié et duperies sans gravité. De par ses mélodies gracieuses, sa sensibilité et son raffinement, la musique de Dalayrac s’agence parfaitement sur le texte, que la complicité et le jeu théâtral des Monts du Reuil sert admirablement.

Distribution

Maîtres d’œuvre

Direction musicale : Hélène Clerc-Murgier et Pauline Warnier

Mise en scène : Constance Larrieu

Création lumières & Régie Générale : Pierre Daubigny

Scénographie : Camille Vallat et Constance Larrieu

 

Chanteurs & acteurs

Lise : Pauline Sikirdji

Madame Dorval : Hélène Babu

Dermont : David Ghilardi

Versac : Jean-François Lombard

Le voisin : Didier Girauldon

 

Instrumentistes

Violons : Patricia Bonnefoy et Valérie Robert

Alto : Jean-Pierre Garcia

Violoncelle : Pauline Warnier

Piano-forte : Hélène Clerc-Murgier

Contrebasse : Alice Hocquet

Flûte : Louise Bruel

Hautbois : Valérie Liebenguth

Basson : Jean-François Angelloz

Cor : Gérard Tremlet

Du manuscrit à la scène

« Maison à Vendre » est une comédie mêlée de chants en un acte, composée par Nicolas Dalayrac et écrite par Alexandre Duval en 1800. On raconte que c’est sous la contrainte que Duval fourni cet opéra à Dalayrac, invité par celui-ci dans sa maison puis enfermé à clé dans une chambre jusqu’à ce qu’il ait terminé le précieux manuscrit !

L’intérêt du livret réside dans sa théâtralité et sa légèreté, offrant de multiples possibilités de jeu pour les chanteurs qui s’y confronteront. L’argument n’a rien à envier aux comédies en un acte de Molière ou aux futurs vaudevilles de Labiche ou Feydeau : s’enchaînent manigances, intrigues et rebondissements pour que le galant obtienne la main de Lise, la maison et le respect de la tante, le tout dans une seule et même journée à laquelle personne ne s’était préparé…

La compagnie Les Monts du Reuil continue avec cette nouvelle création son exploration de l’opéra comique français.

Pauline Warnier, Hélène Clerc-Murgier

Note d’intention – Constance Larrieu

Pour ce projet, première collaboration avec Les Monts du Reuil, je souhaite mettre en scène la maison comme personnage principal de la pièce. Une maison habitée par les musiciens qui l’occupent et la font vivre, une galerie de portraits familiaux pesant sur le futur des jeunes gens à l’orée de leur vie d’adulte. Recentrer l’action et le cadre sur la maison, c’est se permettre un pas de côté pour proposer un opéra ludique et absurde où tout peut arriver. Pourquoi la tante veut-elle absolument vendre de toute urgence ? La maison est-elle si agréable à vivre qu’elle le laisse croire ? La nièce se fane-t-elle trop rapidement ? faut-il donc la « caser » à tout prix ? Autant de questions que nous prendrons comme point de départ pour inventer des situations cocasses et inattendues, poétiques et amusantes.

Partenaires

Informations

Durée : 1h30

Coproduction exécutive
Compagnie Les Monts du Reuil
Coproduction déléguée
Bru Zane France
Coproduction
Opéra de Reims

Décors : atelier Opéra de Reims 

Fiche technique